Le Blog


Pourquoi favoriser l’éco-conception

Au cœur des enjeux de l’innovation des entreprises, l’éco-conception est un levier primordial des performances environnementales. Si elle se diffuse à de plus en plus d’entreprises, l’éco-conception gagnerait à devenir une incontournable de la production. Cette semaine, nous vous expliquons ce qu’est exactement l’éco-conception et surtout pourquoi et comment l’intégrer à la politique de votre entreprise.

DÉCOUVREZ NOS PRESTATIONS
ET RECYCLEZ VOUS AUSSI VOS MINIBOX PAPIER !

voir nos offres

 

Qu’est-ce que l’éco-conception ? Tout le monde en parle, mais on pense à tort que ce n’est qu’une affaire de chef de produit. En réalité, la démarche d’éco-conception se diffuse à toutes les échelles de l’entreprise et est un véritable état d’esprit.

L’ECO-CONCEPTION : A TOUTES LES ECHELLES DE L’ENTREPRISE

Avant tout, l’éco-conception qu’est-ce que c’est ? C’est le fait d’intégrer des aspects environnementaux dans la conception et de développement des produits. En d’autres termes, on peut penser éco-conception à tous les niveaux de la production. Pas d’excuse donc pour se renvoyer la balle entre les ingénieurs, les designers, les acheteurs ou les responsables logistiques : tout le monde a son rôle à jouer.

Pour clarifier les choses, revenons sur le cycle de vie d’un produit. Il se résume en six étapes : la conception, l’extraction des matières premières, la fabrication, le transport, l’usage et enfin, la fin de vie. Sur chacune de ces six étapes, on peut avoir une démarche d’éco-conception qui idéalement viendra compléter celle des autres étapes, ou apporter une nouvelle considération. En bref, éco-concevoir, ce n’est pas juste un packaging recyclable et recyclé (même s’il s’agit déjà d’un point d’attention primordial !), c’est aussi prévoir des produits qui durent plus longtemps, dont le transport produira moins de CO2 et demandera moins d’énergie et de matière première pour sa création.

POURQUOI PRIVILEGIER L’ECO-CONCEPTION

En premier lieu parce que c’est mieux pour l’environnement. Mais ce n’est pas toujours un argument suffisant pour convaincre sa hiérarchie : il y a plusieurs autres raisons, que l’Ademe explique en détail.

 
• Gestion des risques :
Aujourd’hui de nombreux impératifs se sont construits en faveur de l’éco-conception. Qu’il s’agisse de l’image de votre entreprise, des obligations légales (avec les REP notamment qui dans plusieurs domaines rendent le producteur responsable de la fin de vie de son produit), voire même économiques et opérationnel. Favoriser l’éco-conception, c’est une façon de réduire les risques et de prévenir d’éventuelles situations de crise pour votre entreprise.

• Maitrise des coûts :
Plusieurs études ont été réalisées sur la profitabilité de l’éco-conception. L’une d’entre elle, datant de 2014 et produite par le Pôle éco-conception et management de cycle de vie et l’Institut de développement de produit est particulièrement intéressante. Cette étude, menée sur 119 entreprises en France et au Québec, montre que 96% d’entre elles ont remarqué un effet économique positif ou du moins neutre à la suite de leur engagement en faveur de l’éco-conception.

• Accroissement des ventes :
Aujourd’hui l’éco-conception est un véritable atout dans l’image d’une entreprise et dans sa stratégie marketing car elle ouvre la porte à de nouveaux marchés et à un nouveau public déjà sensibilisé à des préoccupations. Telles que le sur-emballage et la recyclabilité par exemple.

• Fédération des équipes :
Passez à l’éco-conception est un projet commun qu’on ne peut cantonner à un seul service. En affichant des objectifs clairs à l’ensemble de l’entreprise, cela peut être l’occasion de remotiver les équipes et de les fédérer autour d’un projet commun porteur de sens, tant pour eux que pour l’entreprise.

 

COMMENT ADOPTER UNE DEMARCHE D’ECO-CONCEPTION ?

L’éco-conception n’a pas besoin de constituer un changement radical dans votre entreprise. Elle peut se faire en plusieurs étapes.

La première de ces étapes, incontournable est celle de la réflexion. Comme pour changer la gestion de ses déchets, passer à l’éco-conception demande une phase d’audit préalable afin d’identifier les points d’améliorations et la marge d’action pour cette démarche. Une fois cette phase d’étude passée, vous pouvez choisir d’améliorer certains produits en premier lieu. Pour vous parler de ce que l’on connaît le mieux prenons l’exemple des emballages.

Pour s’orienter vers d’éco-conception des emballages, on peut noter quatre points d’attention particuliers : peut-on réduire la quantité d’emballage ? Cet emballage est-il fait à partir de matière recyclées ? Cet emballage est-il recyclable ? – pour ce point nous vous suggérons par exemple d’éviter de concevoir des emballages multi-matières (papier/plastiques ou carton/aluminium) qui rendent le tri et donc le recyclage plus compliqués.

Et enfin, en empiétant sur le domaine logistique : le transport de cet emballage sera-t-il optimal en matière d’émission de CO2. – pour ce point il faut prendre en compte par exemple que le verre pèse plus lourd que le plastique pour la même quantité de produits transportée.

Ce dernier exemple montre à quel point la réflexion sur l’éco-conception doit être à toutes les échelles de la production mais également inclure une vision globale qui fera la part des choses pour avoir le meilleur bilan possible en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Le deuxième plan d’action vers l’éco-conception peut-être de revoir la confection des produits : les produits que l’on utilise sont-ils dangereux pour l’environnement ou pour les personnes qui travaillent avec ? L’ensemble des déchets de la production sont-ils traités correctement ? Puis-je diminuer la quantité de plastique dans les produits électriques et électroniques que je fabrique ?

Vous pouvez enfin choisir d’innover complètement dans la fonction de vos produits en les orientant directement vers des objectifs environnementaux précis. Cela implique de concevoir et créer des produits complètement nouveaux, on peut penser à l’émergence des brosses à dents en bambou par exemple ou plus ancien, la création des lampes à faible consommation énergétique qui sont aujourd’hui devenues la norme.

 


 

Enfin, le pôle éco-conception explique que l’on peut aussi revoir tout le système de production, mais il s’agit là d’une considération à plus grande échelle, qui sera plutôt le dans le domaine du politique.
Envie de s’orienter vers des fournisseurs inscrits dans la démarche d’éco-conception ou de faire reconnaître votre propre démarche dans ce domaine ? Orientez-vous vers les éco-labels qui permettent des contrôles réguliers et garantissent l’investissement des entreprises pour aiguiller les choix des consommateurs.

Voilà pour cette courte introduction à l’éco-conception. Si on vous parle de cela chez Easyrecyclage, c’est parce que ce sont des enjeux au cœur de nos préoccupation et de notre métier biensûr, puisque plus les produits sont recyclable, plus on les recycle pardi ! Mais surtout parce que si l’éco-conception est un défis qui se joue à toutes les échelles de l’entreprise, il se joue également à toutes les échelles de la société, parce que toutes les entreprises peuvent travailler en complémentarité pour construire une planète plus verte et c’est ainsi que nous travaillons avec vous au quotidien pour construire avec vous des solutions concrètes pour faire de votre fonctionnement quotidien un engagement en faveur de l’environnement.

Si l’on devait résumer la démarche vers l’éco-conception en quelques lignes, ce serait de la façon suivant : l’important est de se projeter sur une démarche de long terme qui aboutira non pas à une production « plus respectueuse de l’environnement », mais « respectueuse de l’environnement » tout court.

Pourquoi favoriser l’éco-conception
L´article vous a plu ?

Print Friendly

inscrivez-vous
à la newsletter easyrecyclage !