Le Blog


Les transféreurs ou les déployeurs de bonne pratique

QUI SONT LES TRANSFEREURS ?

Immersion sociologique cette semaine à la rencontre de celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour instaurer au travail les bonnes pratiques environnementales qu’ils et elles ont déjà acquis à leur domicile : les transféreurs.

DÉCOUVREZ NOS PRESTATIONS
ET RECYCLEZ VOUS AUSSI VOS !

voir nos offres

 

Le terme vous est peut-être méconnu, et pourtant vous en connaissez forcément ! Peut-être l’êtes-vous vous-même sans le savoir. Cette semaine, on vous explique qui sont les transféreurs, quelles sont leurs actions, et surtout, comment devenir l’un d’entre eux.

TRANSFEREUR : QUEZAKO ?

Avant toute chose, expliquons ce qu’est un transféreur. Ce terme désigne les personnes qui œuvrent, de manière plus ou moins consciente à transférer les bonnes pratiques environnementales de la sphère privée à la sphère professionnelle (ou parfois l’inverse). En effet, beaucoup d’entre nous ont adopté tout naturellement un certain nombre de gestes et comportements en faveur de l’environnement : tri des déchets, économie de papier, utilisation d’ampoules à économie d’énergie, alimentation de saison…. Mais pour la plupart, ces gestes sont bien plus faciles à appliquer à la maison qu’au bureau. Les transféreurs, ce sont celles et ceux, qui, conscient de ce décalage vont tenter d’adopter et de faire adopter les bonnes pratiques sur leur lieu de travail.

QUI SONT LES TRANSFEREURS ?

Il existe plusieurs types de transféreurs. Dans son rapport de l’Ademe d’avril 2018, Gaëtan Brisepierre, explique qu’il existe quatre profils de transféreurs, qui se différencient à la fois par leur méthodes et par leurs motivations.
 

Le partisan
Le partisan est le profil le plus militant des transféreurs, souvent identifié comme « expert » par son cercle de proches. Il ne travaille pas nécessairement dans le domaine du développement durable, mais possède une conscience écologique prononcée avec un fort engagement dans sa vie personnelle. Son but est de convaincre avec un discours à la fois pédagogique et persuasif.
 

Le pragmatique
Le pragmatique s’appuie sur la convivialité. Sans être expert en la matière, il a adopté chez lui un certain nombre de pratiques environnementales (tri en vue du recyclage ou du compost, potager, récupération d’eau…) qu’il a intégré dans son éducation, sans que cela soit nécessairement lié à un engagement écologique. Son but n’est pas d’avoir de grand discours sur l’écologie mais bien de mettre en œuvre des petits gestes du quotidien, à la fois pratiques et relevant du bon sens.
 

Le professionnel
Le professionnel travaille dans le domaine du développement durable. A l’inverse des profils précédents, le professionnel transfère les pratiques de son travail vers la sphère privée. Ces connaissances professionnelles lui permettent une meilleure mise en œuvre des bonnes pratiques chez lui, souvent orientées vers des dispositifs énergétiques (suivi de la consommation, énergie solaire…), avec un retour d’expérience qui aide ses décisions professionnelles.
 

L’inspiré
Comme le professionnel, l’inspiré transfère plutôt les pratiques qu’il observe ou recommande dans son travail à sa vie privée. Souvent issu d’une reconversion professionnelle vers les métiers du développement durable, l’inspiré occupe un poste à visée pédagogique ou éducative. Il ne limite pas ses action au domaine privé ou professionnel car elles relèvent d’une prise de conscience globale.

 

A MON ECHELLE, COMMENT PUIS-JE ETRE TRANSFEREUR ?

Ce n’est pas évident d’amener des bonnes pratiques au sein de l’entreprise quand on n’occupe pas un poste lié à la RSE. Pourtant, ce n’est pas impossible, voici quelques conseils pour commencer à votre échelle, et peut-être amener de grands changements sur votre lieu de travail.
 
Ne faites pas cavalier seul
En équipe c’est plus simple ! Que ce soit pour encourager le tri ou minimiser les déchets au bureau, il est toujours plus facile de lancer un mouvement si on a déjà un soutien à nos coté. Pour cela la communication est essentielle. Si vous remarquez un comportement qui peut être amélioré ou une opportunité de développer un projet eco-friendly, alors vous n’êtes probablement pas la seule personne à y avoir pensé. Que ce soit quelqu’un d’un autre service que vous ne croisez qu’à la machine à café, ou votre voisine de bureau qui milite contre l’usage des lumières artificielles dans les bureau avant 18h, vous avez toujours des alliés, parfois insoupçonnés. Les relations inter-services peuvent faciliter votre engagement et vos démarches si vous souhaitez les rendre officielles.
 

Commencez par des choses simples
Vous n’allez pas imposer du bio de saison à la cantine du jour au lendemain, surtout si vous travaillez dans un service qui n’a rien à voir avec le sujet ! En revanche, de petits gestes peuvent prendre une plus grande ampleur. Vous voulez réduire les déchets ? Organisez un déjeuner d’étage en 0 déchets, pour convaincre vous collaborateurs et collaboratrices que c’est possible. Vous pouvez aussi installer un bac à brouillons dans votre bureau, vous verrez que rapidement vos collègues prendrons l’habitude de venir y déposer du papier n’étant utilisé que d’un côté, et même vous demandez du brouillon, jusqu’à ce qu’ils le mettent en place aussi dans leur propre bureau. Besoin d’autres idées ? Pensez à proposer du covoiturage : une petite annonce sur Yammer ou WorkPlace peut vite devenir virale et rapidement prendre la forme d’un véritable réseau de covoiturage d’entreprise sans que cela ne demande de moyens techniques ou financiers particulier. Vous pouvez aussi offrir des livres sur l’environnement pendant les fêtes ou pour les anniversaires : un moyen de pousser les gens à s’instruire et se poser des questions au sujet de l’environnement.
 

La loi est de votre côté
Il y a des thématiques sur lesquelles, les entreprises ont obligation de faire des efforts. C’est notamment ce qu’implique de décret 5 flux qui impose le tri directement à la source pour les entreprises. Si vous ne disposez pas encore des dispositifs de tri adaptés à vos habitudes de bureau, faîtes le remonter au service RSE ou même au service achats. Vous pouvez leur faciliter la tâche en mettant en avant le type de déchets que votre service produit au quotidien : papier, canettes, bouteilles, gobelet. Et sachez que pour chaque type de déchets il existe des solutions ! Pour cela, Easy Recyclage vous accompagne avec des box dédiées à chaque flux de déchets, et des solutions sur-mesure pour venir collecter directement dans les bureaux, sans gêner l’activité.
 

QUI SONT LES TRANSFEREURS ?
L´article vous a plu ?

Print Friendly

inscrivez-vous
à la newsletter easyrecyclage !